L’épigénétique

Une nouvelle compréhension

L’épigénétique nous permet de comprendre pourquoi l’empreinte des événements et émotions vécus par nos parents et ascendants peut influencer notre santé et notre fertilité.

Le nouveau domaine de l’épigénétique permet aujourd’hui de tisser des liens de compréhension entre les différentes perspectives scientifiques, généalogiques, psychologiques, médicales.

L’épigénétique est la science qui étudie l’interaction entre l’environnement et l’expression des gènes dans nos cellules, ou comment des phénomènes externes modulent l’expression de notre ADN sans en modifier la structure.

Les facteurs environnementaux en jeu sont multiples: pollutions chimiques, atomiques, électriques, le bruit, la prise de toxiques (alcool, tabac, drogues), l’alimentation, l’eau, l’activité physique, l’environnement psycho-social, le rythme travail/repos, les stress physiques et psychiques, les émotions

Les marques épigénétiques

Schéma customisé par Valérie Mills d'après le schéma copyright Sylvie Dessert publié dans l'article Epigénétique de la revue LA RECHERCHE avril 2012,

Ainsi, les expériences heureuses ou difficiles que nous vivons créent une empreinte autour de notre ADN  via des « marques épigénétiques » sous forme, par exemple, de groupements moléculaires qui sont repérables par les techniques de génétique moléculaire.

Ces marques modulent l’expression de nos gènes, avec des cibles variables dans notre corps, en modifiant des fonctions différentes selon les facteurs initiaux et les individus.

Nous créons nos propres marques épigénétiques au cours de notre vie, nous en recevons de nos ascendants et nous en transmettons certaines à nos descendants.
De nombreuses études chez l’animal le démontrent, en particulier chez les rats qui peuvent être suivis sur plusieurs générations en peu de temps.

Un phénomène réversible

Les mécanismes épigénétiques sont réversibles
Cette qualité de réversibilité ouvre une perspective encourageante de réparation possible. Cela permet d’envisager de « lever » les marques épigénétiques en utilisant les divers outils thérapeutiques qui nous permettent de travailler, entre autres, sur nos émotions.

L’environnement ainsi que nos émotions vécues modifient l’expression de nos gènes de façon transmissible et réversible.

Transmission transgénérationnelle de la peur

Un exemple d’étude chez le rat qui fournit un mécanisme de la transmission transgénérationnelle d’informations émotionnelles, reliant des processus comportementaux, neuro-anatomiques et épigénétiques.

L’expérimentation révèle comment des rats conditionnés à craindre une odeur (en associant l’odeur inoffensive de l’acétophénone à un léger choc électrique) transmettent cette peur aux deux générations suivantes de rats qui présentent une peur à cette odeur alors qu’ils ne sont pas soumis eux-mêmes au stress initial.

Scientifiquement, on observe une corrélation entre d’une part, une modification de la structure des neurones olfactifs responsables de la détection de l’odeur de l’acétophénone aux 3 générations de rats, et d’autre part une hypométhylation du gène responsable de la sensibilité à cette odeur dans les spermatozoïdes.

 

Pour  en savoir plus… Une conférence courte, passionnante, par la neuro-généticienne Isabelle MANSUY, à voir en vidéo en suivant le lien

https://www.youtube.com/watch?v=J1sxDXHeIj0